Les Chroniques de Woodmetals #2


Et ils sont venus nombreux. Nombreux et plein d'enthousiasme à l'idée de quitter la Capitale et de recommencer une nouvelle vie. Ils ont été déçus. Dès l'arrivée ils ont pu sentir les relents infects des cadavres bien que la pluparts se trouvaient à l'intérieur même de la forteresse. Plusieurs ont vomis lamentablement par terre, un des enfants a eu un mouvement de recul mais sa mère l'a enjoint de continuer. Bienvenu mon fils, bienvenu à Woodmetals. Et vous tous entrez ! Entrez donc ici, il y a tant à faire. Nous nous tenions au devant d'eux, leur expliquant ce qu'il s'était passé (en omettant bien sûr l’existence du Messie au niveau -3), et nombre d'entre eux semblaient inquiets à la mention des atrocités commises ici même. Mais ils sont quand même entré dans la forteresse par les deux solides portes au delà desquelles s'étendait le Hall. Alors qu'ils passaient devant moi je me suis demandé combien d'entre eux étaient des envoyés du Roi, des espions à sa solde capable de tout pour L'enlever à moi. Et cela je ne le permettrai pas.

En parlant de Lui, il parait être en bonne forme et ne s'est pas transformé depuis quelque temps. Si certains sont allé fouiner à côté de sa cage (heureusement jamais pendant qu'il était transformé), j'ai réussi à le faire passer pour un nain dissident en partie responsable de la crise précédente (ce qui n'est pas totalement faux).

  
 Grâce à l'aide de maçons ainsi que de mécaniciens j'ai modifié les alentours de la pièce où il se trouve en véritable Église de la Transformation.




 J'ai nommé quelque heureux Élus qui auront la joie de découvrir en premier les affres de la Transformation divine. J'ai réussi à leur faire croire que leurs bataillons seront assigné à cette salle à la fois pour surveiller Dastot et pour se former à l'art du combat. Que je les envie, ils vont avoir la chance de Le comprendre.


L'heure est arrivée ! Je me tenais près des leviers depuis plusieurs jours quand j'ai entendu Sa voix et des hurlements.


 Pull the lever !


Ah qu'est ce que j'aurais donné pour y être, de derrière les maintes portes j'entendais les cris, les bruits de lutte acharnée. Ne luttez pas, laissez vous aller à Lui.


Puis le silence. Et juste après une cacophonie indescriptible de gémissements, de râles et de pleurs.
Comment osent-ils ! Je leur ai donné l'extrême honneur de faire partis de ceux qui perpétueront sa lignée et ils osent se plaindre ! Le Messie donné son sang, sa chair et même sa vie pour eux et ils se plaignent !



C'en est trop ! Qu'ils restent comme cela et que les Heureux Élus se relèvent et marchent !


Cela fait une semaine que j'attends un signe et je commence à désespérer. Veux-tu bien me pardonner, si j'ai échoué à ton avènement ? Entre temps une importante vague de migrants est arrivée, je ne suis pas allé les voir, si Sa lignée disparait ils ne nous serons d'aucun secours.



Quand soudain le reste des survivants ont lâchés de purs cris de désespoir et tout de suite des bruits de luttes ont retenties. Ils sont là ! Ô Dastot ton sacrifice n'a pas été vain !